( 7 novembre, 2007 )

Une poètesse

Vous pouvez découvrir une poètesse de coeur grâce à son blog. je vous laisser aller la découvrir grace au lien ci-desoous.

Merci

 

amandine1807.skyrock.com

 

Merci à tous

Claire

( 6 novembre, 2007 )

Remerciements

Je voulais dire un grand merci à toutes les personnes venus consulter mon blog. Cela fait chaud au coeur de voir que l’on a lu ses oeuvres. C’est beaucoup de travail et certaines de mes correctrices préférés vous le dirons, je passe beaucoup de temps pour vous faire rêver.

J’espère en tout cas que cela vous plais de pouvoir les consulter sans avoir à attendre mon bon vouloir. Pour les suites, n’hésitez pas à me les demander dans vos commentaires car je ne sais pas où vous en êtes dans vos lectures. Demander vos suites et vos codes, je serais contente de le faire.

Grand Merci.

Claire

( 5 novembre, 2007 )

Nouvelle demande

Un gros merci pour Emilie

Je suis contente car elle aime ce que j’ai fais. Cela fais toujours plaisir de savoir que son oeuvre est lu par elle. je vais lui donner le code pour avoir acces à la suite de L’espace d’une vie, elle me l’a demandé.

Pas de jalousie, Julie et Emilie ont le même nombre de Chapitre enfin pour le moment qui sera la plus rapide des lectrices, lol 

Merci pour tout

Claire

( 5 novembre, 2007 )

Pour Landry

Pour mon petit chouchou,

Je vous fais découvrir des dessins que vous recnnaitrez tous.

Pour le plaisir des yeux voici un album cré par mes soins.

Merci de votre visite. Claire

 

Dessins Animés
Album : Dessins Animés
Pour faire plaisir à ma soeur lorsqu'elle était petite, j'ai déssiné pour elle des personnages de dessins animés. Je vous laisse deviner les noms de ses petits amis.
18 images
Voir l'album

( 4 novembre, 2007 )

Cadeau pour Julie

Ma chère Julie alias Mme Delarue

Comme tu peux le constater, j’ai penser à toi. Je t’envoie la suite des que tu me le demande.

Je t’ai donné le code que tu n’aura pas de mal a retenir. lol

Gros Bisous

Claire

( 4 novembre, 2007 )

Un sondage

Pour permettre de mieux cibler vos attentes, je vous a préparé un petit sondage que je vous demandrerais de remplir le plus honetement possible. Tout d’abord, j’ai réorganisé mes page et les archives pour une meilleur perception du site. J’attend ben évidement la suite avec impatience. N’hésitez pas !!!

Voici quelques questions qui me permettront de voir si par exemble le prologue n’en dis pas trop sur la suite de l’histoire ou si il ne vous donne pas du tout envie de lire la suite. D’autres me permettront de voir si mon blog est bien organisé…

Merci de jouer le Jeu 

Quel sont les livres qui vous ont le plus plus et dont vous voulez lire la suite ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

La présentation de mon blog, vous semble-t-elle claire, sans jeu de mots?

Chargement ... Chargement ...

Les différents chapitres proposez sont-ils aisés à lire ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Savez-vous combien de livres figures sur ce blog ?

Chargement ... Chargement ...

"L'espace d'une vie" raconte l'histoire principalement?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

"Un visage sans image" parle avant tout ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

"Mon enfant, ma vie" raconte les péripéties ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

"La dernière danse" est l'histoire principalement ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

 

Merci, d’avoir répondu, Claire

( 4 novembre, 2007 )

L’âme en peine

Ce poème est le plus triste, il reflete mon quatrième livre : La dernière danse. Comme je l’ai déjà dis un poème est me semble-t-il le meilleur moyen de présenter le coeur d’un roman. on peu faire tous les résumés du monde, il manque toujours quelque chose que l’on retrouve dans ses quelques vers. L’âme d’un roman à besoin de perdurer même en dehors de son texte en lui même.

 

L’âme en peine

Le regard perdu dans l’horizon,

Les yeux remplis de larmes

Il cherche en ce moment de vide

Les réponses à ses nombreuses questions.

Il ne peut pas y croire,

Il ne veut pas y croire.

Il essaye de comprendre pourquoi,

Pourquoi la mort a frappé,

Et emporté loin de lui

Celle qu’il voulait chérir toute sa vie.

Elle est perdue à tout jamais

Dans sa prison de bois recouverte de terre.

Il ne peut croire en lui

Que jamais plus il ne reverra

Celle qu’il avait aimée dès le premier regard

Et follement aimée jusqu’au dernier.

Il était allé la voir par obligation

Mais il n’a pu parvenir à son but;

La voir évoluer avec tant de grâce sous ses yeux

Lui fit oublier la colère qu’il lui portait

Il se sent aimés dès le premier regard

Mais ils refusaient d’écouter leur coeur

Malgré tout ils ont vécu un amour sincère

Sincère et caché des regards indiscret

Cet amour avait beau être magique

Il n’en était pas moins malheureux

Puisque son coeur malade la fatiguait

Et ne lui permettait plus de faire ce qu’elle aimait

En sentant le dernier souffle arriver

Elle ne pria de partager avec elle

Son dernier instant sur la terre

Mais il ne le savait pas

Il la prit dans ses bras et la serre contre lui

Ne comprenant pas que la mort arrivait

Leur amour était des plus pures

Mais également des plus surmonter

Au nom de leur amour

A tout surmonter sauf la mort

Qui hélas l’emportant loin de lui

Amandine Hamon

Merci d’avoir si bien parlé de mon roman…

Claire

( 4 novembre, 2007 )

Le coeur d’une poètesse

 

LES LARMES D’UNE ENFANT

 

Je voudrais tant savoir la vie,

Pouvoir oublier la mort qui la guette.

Tout ce temps qui passe

Où je la vois couchée dans son lit,

M’enlève doucement l’espoir

De lui dire combien je l’aime.

Je ne la connais pas vraiment,

Pourtant, j’ai tellement mal au cœur

De la voir immobile ici

Alors que moi je cour, je rigole, je vis.

Elle qui a naguère risqué sa vie

Pour me permettre de naître ;

Elle qui rêvait d’avoir un enfant,

Elle ne m’a pas vue grandir.

Je prie pour qu’un jour enfin

Elle sorte de ce terrible sommeil

Qui inquiète tant les êtres qui l’aiment,

Mon père, ses amis et moi Gwladys.

Je pourrais la voir sourire chaque jour,

Et si jamais je pleure,

Je savais à présent qu’elle est là,

A mes côtés, et qu’elle m’écoutes.

Oh, maman, tu le sais bien,

Je pense à toit tout le temps,

Et lorsque je suis malheureuse,

M’imaginer ton sourire me réconforte.

Je suis sûre que tu m’entends,

Alors je te dis : »Reviens-nous vite ».

Saches que je t’aime, maman,

Et que jamais je n’aurais un aussi grand amour,

Que celui que j’éprouve pour toi

Et qui restera toujours en moi.

Amandine Hamon

Voici un poème écrit par une très bonne amie. Elle m’en a fait cadeau pour me prouver par ses quelques vers à quel point mon roman l’a inspirée. J’espère qu’il vous touchera au cœur et qu’il vous donnera envie de poursuivre votre lecture. 

Un cadeau pour tous mes lecteurs…

Vous avez devinez que ce poème était pour le livre : Mon enfant, Ma vie

Merci, Claire

( 4 novembre, 2007 )

Cadeau d’une amie

Lorsuqu’elle à lu mon deuxième roman, ma poetesse préférée m’a offert le plus beau des compliment en étant inspirée par mes écris. Pour la remercier, je vous offre ce poème à mon tour et vous vérer de quoi parle mon roman : Un visage sans image.

Merci Amandine.

Cacher sa faiblesse

 

Ces personnes vivent avec un masque

Ou bien elles portent un voile,

Depuis leur naissance,

Ou pour cacher quelques cicatrices

Sur un visage presque inconnu

Puisqu’elles ne veulent pas de miroirs.

Elles n’ont pas la connaissance

De la profondeur de leur regard

Et ne veulent croirent les autres

Lorsqu’ils leur disent avec tendresse

Qu’ils n’ont jamais un visage aussi parfait,

Un sourire aussi charmeur.

Elles ne redoutent aucune épreuve,

Sauf celle de devoir ôter

Ce qui pour elles est un ornement

Et pour les autres un obstacles à leur beauté.

Pour elles cet attribut est naturel

Elles ne peuvent pas penser l’ôter

Et pourtant elles savent qu’un jour ou l’autre

Leur visage apparaîtra au grand jour.

Tant de personnes n’auraient jamais pensé

Pouvoir voir, un jour, un visage aussi parfait

Sur le corps d’une personne

Qui au fond d’elle cache une terrible blessure.

Que seuls le temps et l’amour

Sauront aider à cicatriser.

Amandine Hamon

 

Faites nous partager nos avis, Merci, Claire

( 4 novembre, 2007 )

Poème pour Moeve

Lorsque j’ai terminé mon premier roman, j’ai voulu le présenter à ma manière. Un poème me semblait la meilleure idée. Pour vous présenter mon personnage principale, je vous présente ses quelques lignes.  

Voici Moeve par le biais de ces quelques vers…

 

La panthère noire

 

Vous avez vu, là-bas, cette fille aux yeux clairs.

Si vous voulez savoir qui elle est réellement,

Il vous suffit d’écouter les paroles qui vont suivre

Et vous serez tout sur sa vie.

Elle n’a jamais profité de l’amour de son père.

Elle n’a jamais vécu une véritable vie d’enfant.

Elle n’a jamais su ce que voulait dire le mot « vivre ».

Elle n’a jamais pleuré une larme de toute sa vie.

Sa beauté féerique était faite pour plaire,

Mais elle ne lui a pas value que des compliments.

A cause de celle-ci, on ne lui a appris qu’à survivre.

Sa vie était loin de ressembler à un paradis.

Son métier est risqué mais que peut-elle faire ?

Elle a toujours connu cette vie à double tranchant.

Elle cachait sa faiblesse au fond de ses yeux sombres,

Car pour elle, la vengeance était son ambroisie.

Et un jour, par hasard, son coeur s’est ouvert.

Ils s’aimèrent à jamais comme de nouveaux amants,

Mais hélas, son grand amour devint une ombre.

Elle se retrouva seule pour affronter ses ennemis.

Elle était connue sous un pseudonyme.

Ce nom exprimait la crainte de tous ses ennemis.

Ce dernier n’était autre que la « panthère noire ».

Elle avait la sagesse du chasseur,

La fureur d’une mère en colère.

La panthère noire était son symbole,

La panthère noire n’était autre qu’elle.

Elle n’était pas qu’une femme, elle était une mère.

Elle avait des enfants qu’elle aimait tendrement.

Elle ne les vit point grandir car elle dut disparaître.

Sa vie fut remplie de toutes péripéties.

Elle était connue sous un pseudonyme.

Ce nom exprimait la crainte de tous ses ennemis.

Ce dernier n’était autre que la « panthère noire ».

Elle avait la sagesse du chasseur,

La fureur d’une mère en colère.

La panthère noire était son symbole,

La panthère noire n’est plus depuis hier.

 

Merci pour vos avis, Claire

123
« Page Précédente  Page Suivante »
|